top of page

L'inhibition chez l'enfant et ados


L’enfant ou l'ado hyperactif est turbulent, ne reste pas tranquille, s’agite tout le temps, provoque et attire l’attention sur lui. L’enfant ou l'ado inhibé est en position de retrait, il a des interactions réduites, montre une pauvreté des échanges verbaux, ainsi qu’une pauvreté du contenu imaginaire.



Comprendre l'inhibition


Prise dans une conflictualité somatique et psychique qui met en jeu les frontières entre dedans et dehors, l’adolescence semble être le temps où l’expression de la souffrance passe par des violences faites au corps subjectif, comme au corps social, soulignant par là les aspects des problématiques de cette période de la vie.

Acte et inhibition constituent à l’adolescence un couple d’opposés à considérer de manière spécifique : ce qui est resté en silence, inhibé, peut parfois éclater dans des comportements dont personne n’aurait pu envisager la survenue, ni parfois la violence destructrice.

Si la dialectique entre agir et inhibition contribue à structurer la vie psychique adolescente, il est nécessaire de ne pas généraliser à outrance l’idée selon laquelle les conduites agies et inhibées seraient les deux faces de la même problématique.

Il existe en effet également des aspects spécifiques de l’inhibition, qui passent par l’évitement, le blanc de la pensée ou encore un silence parfois assourdissant d’adolescents livrés à eux-mêmes.

Les actes symptomatiques, eux, ont tendance à masquer l’existence de ces adolescents souvent isolés et discrets au point d’inquiéter leur environnement.

Ces actes s’expriment sur le terrain bien connu des attaques du corps, avec les automutilations et autres conduites suicidaires, mais également des transgressions jusqu’à des passages à l’acte dont la violence sidère.



Comprendre l'ado


L’inhibition de l’impulsivité concerne le contrôle intentionnel du comportement, de la distraction et des impulsions. Il s’agit de la capacité qu’a un individu à choisir de façon délibérée une solution plus réfléchie, et donc adaptée, afin d’atteindre un objectif.

Il s’agit ainsi de l’aptitude à résister à un fort désir d’émettre un comportement x sous le coup de l’impulsion au profit de ce qui est approprié de faire dans la situation. Cette fonction exécutive est intimement liée à la sphère sociale puisqu’une bonne capacité d’inhibition permet à un enfant d’attendre son tour de parole, de réfléchir avant de dire tout haut ce qu’il pense. Bref, cela le rend apte à anticiper les conséquences de ses actes et de ses dires en l’incitant à observer un temps de réflexion avant d’émettre une réponse à un stimulus de son environnement.


Comment aider l'ado?


La mémoire de travail, l’inhibition et la

flexibilité cognitive constituent les trois fonctions exécutives qui permettent au cerveau humain de contrôler l’ensemble des processus et des stratégies à mettre en oeuvre pour résoudre des problèmes de la vie quotidienne et à l’école.

Je vous propose 3 types d’activités pour améliorer les fonctions exécutives des ados en classe.


1.Des activités pédagogiques spécifiques

Un ensemble de jeux permettent aux enfants et ados de développer leurs capacités d’inhibition dans le cadre de situations scolaires.

Par exemple, dans une tâche d'apprentissage de mots en anglais, les élèves se mettent en binôme et l’un parle pendant que l’autre vérifie l’exactitude du de la prononciation. Ils échangent ensuite leurs rôles. Cette situation nécessite que chaque enfant ou ados respectent bien son rôle et notamment que celui qui vérifie inhibe l’envie de parler à haute voix en même temps que son camarade.

De la même manière, un dispositif permet de gérer leur temps de parole : l’enfant ou l'ado qui tient un carton avec une oreille doit écouter et n’a pas le droit de parler. Ce dispositif renforce les capacités de contrôle de soi et d’autorégulation des enfants dans la classe et favorise de manière indirecte les apprentissages scolaires.


2.Des jeux de maîtrise de l’impulsivité

Il existe des petits jeux simples qu’on peut utiliser en classe pour renforcer les capacités d’inhibition des enfants comme

  • “Jacques a dit”,

  • “ni oui ni non”,

  • “1,2,3 soleil” “jour/nuit” (jeu où on demande à l’enfant de dire jour quand il voit une image de lune et nuit quand il voit une image de soleil),

  • inventer des consignes ludiques pour travailler la maîtrise de soi (ex : dire aux enfants de lever la main seulement s’ils entendent leur nom précédé d’une couleur et énoncer des consignes sans couleur ou avec des prénoms non distribués dans la classe)

  • associer des idées en interdisant les associations de mots qui viennent ensemble spontanément (ex : “une tablette de”… avec l’interdiction de dire “chocolat”/ “un porte” avec l’interdiction de dire “manteau”)

  • trouver deux mots de catégories différentes en alternance (ex : légume/ mobilier -> tomate/ chaise/ concombre/ canapé/ carotte/ table…)

  • montrer des objets dans la salle et dire un coup la forme de l’objet, un coup sa couleur

  • inventer un geste que l’adulte fera et qui signifie à l’enfant qu’il doit arrêter ce qu’il est en train de faire


3.La pleine conscience

La sophrologie peut également avoir des effets sur les capacités exécutives des enfants, et notamment d’inhibition. Pratiquer la sophrologie semble produire une amélioration des fonctions exécutives (surtout pour les enfants et adolescents avec les moins bonnes capacités exécutives de départ).







bottom of page