Aider les aidants.

Soutenir un parent, un conjoint, un enfant, un ami, pendant sa maladie, tel est le rôle difficile de l’aidant familial. Soigner, conseiller, rassurer, trouver des solutions requiert une grande dose d’énergie et conduit parfois l’aidant à s’oublier.

Pourtant, il éprouve lui aussi le besoin de soutien : la sophrologie peut alors lui être d’un grand bénéfice.

gif

Les besoins de l’aidant : lutter contre la fatigue, contre le stress et gérer ses émotions.

L’aidant puise dans son énergie pour accompagner la personne dépendante, ce qui peut entraîner une fatigue ponctuelle ou chronique, voire de l’épuisement. Cette fatigue peut être physique (faire une toilette, porter dans un lit, donner des repas, pousser un fauteuil roulant,…) mais également intellectuelle.

Le fil des pensées peut sembler ininterrompu tant le nombre des choses à penser, à organiser, à sécuriser, à anticiper est parfois important. A cela s’ajoute parfois des émotions difficiles à vivre : le chagrin, la colère (contre l’autre, contre soi), la peur (pour l’autre, pour soi) et des sentiments pénibles, comme la culpabilité ou la répulsion. L’estime de soi (" je n’en fais pas assez "), la confiance en soi ("je m’y prends mal") et en la vie peuvent être également touchées.

Que peut apporter la sophrologie ? Prendre conscience de ses limites et apprendre à s’écouter.

La sophrologie vous apprend à entendre ce que votre corps exprime, ce qui est un préalable nécessaire pour décider de lever le pied ou de " faire autrement " , avant d’avoir trop mis à mal ses résistances.

Devenir plus conscient de ce qui nous arrive et de la manière dont on réagit.

La sophrologie développe l’aptitude à prendre du recul, ce qui permet de laisser émerger de nouvelles solutions, ou une autre manière de faire les choses.

Eviter les tensions inutiles et la fatigue.

Pour alléger les tensions musculaires, les sensations d’oppression (la gorge nouée, une boule dans le ventre, des épaules douloureuses,…) et la fatigue, la sophrologie propose des exercices de relaxation musculaire et de mise en confort du corps, qui permettent d’installer durablement une harmonie intérieure.


Enfin, la sophrologie permet de se replacer dans une dynamique positive pour gagner en sérénité et de reprendre conscience des capacités oubliées qui sommeillent en nous pour agir plus efficacement au quotidien.

Associant la relaxation corporelle et des techniques de développement de la conscience et de la psychologie positive, la sophrologie apportera une réponse globale aux aidants qui choisiront de la pratiquer.

Ils y puiseront un équilibre corporel et mental durable qui leur permettra d’assumer leur mission plus sereinement.


les aidants peuvent trouver du soutien à travers l'appui de différents lieux d'information et d'accompagnement ou de ressources en ligne, notamment des formations gratuites et accessibles à tout moment.

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/solutions-pour-les-aidants/trouver-du-soutien



Les dispositifs légaux existants pour aider les aidants familiaux :

De nombreux dispositifs existent pour aider les aidants. Les connaissez-vous ?

S’occuper d’une personne handicapée ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité grâce au congé de proche aidant

S’absenter pour assister, sous conditions, un proche en fin de vie.grâce au congé solidarité familiale

Dans le secteur privé, s’occuper d’un enfant à charge dont l’état de santé nécessite une présence soutenue et des soins contraignants.e grâce au congé présence parentale.

Suite à la loi de mai 2019, et depuis octobre 2020, le Ministère des Solidarités et de la Santé propose un congé du proche aidant financé par la Sécurité Sociale et rémunéré autour de 43 à 52 euros par jour (selon la composition de la famille). Ce congé vise à compenser le manque actuel de rémunération du Congé de Proche Aidant. Pendant toute sa carrière, le proche aidant pourra prendre ce congé une seule fois sur une durée de 3 mois continus ou discontinus. Cette période ouvrira des droits à l’aidant pour sa retraite.

Le sujet de la retraite des aidants devra également, être débattu dans le cadre de la réforme des retraites, avec l’objectif d’avancer sur des « droits contributifs à la retraite » des aidants.

Congé de deux jours pour l’annonce de la survenue d’un handicap chez l’enfant instauré par la Loi travail.

Dérogation en matière de congés annuels : possibilité de prendre plus de 24 jours ouvrables en une seule fois.

Possibilité pour les aidants familiaux et les proches d’une personne handicapée de bénéficier, sous conditions, d’un aménagement d’horaires propre à faciliter l’accompagnement de cette personne.

Possible majoration du nombre de trimestres pour la retraite.


Aidant vous n'êtes pas seuls.

19 vues0 commentaire